Créer un nouvel écosystème d’entrepreneurs sociaux

L'ambassadeur des États-Unis, le responsable de la banque commerciale d'Ecobank et le secrétaire permanent du Conseil national pour l'emploi des jeunes échangent l'accord qui permettra de jumeler 100 jeunes entrepreneurs sociaux

Le Togo a franchi une étape majeur dans ses efforts pour devenir un leader régional dans la promotion de l’entreprenariat social la semaine dernière en accueillant la deuxième conférence internationale sur les entreprises sociales et la responsabilité sociale des entreprises. L’événement était parrainé par l’ambassade des États-Unis, le Conseil national de l’emploi des jeunes (CNEJ) du gouvernement togolais, la banque panafricaine Ecobank et la société américaine de cosmétiques équitables Alaffia. Elle s’est déroulée les 6 et 7 juin dans les installations de conférence de classe mondiale d’Ecobank et a réuni 300 participants et une liste d’experts venant des États-Unis, de France, du Togo, du Cameroun, de Suisse et de Corée du Sud.

L’objectif de l’événement était de renforcer l’écosystème togolais des entrepreneurs sociaux et de montrer comment les entreprises sociales et la responsabilité sociale des entreprises peuvent être des moteurs de la croissance économique tout en aidant à relever les défis du développement.

L’événement s’est terminé par deux annonces majeures. La première a été la création d’un programme de mentorat pour les jeunes entrepreneurs sociaux, qui a été annoncé lors de la cérémonie d’ouverture le 6 juin dernier. L’ambassadeur des États-Unis, le responsable de la banque commerciale d’Ecobank et le secrétaire permanent du Conseil national pour l’emploi des jeunes ont signé l’accord, qui permettra de jumeler 100 jeunes entrepreneurs sociaux par an avec des mentors spécialement choisis parmi le personnel d’Ecobank. La deuxième grande annonce a été la déclaration publiée par les organisateurs de l’événement à l’issue de la conférence. La « Déclaration de Lomé » appelle à l’élaboration d’un cadre juridique qui reconnaît et soutient les entreprises sociales en tant qu’entités uniques différentes des entreprises traditionnelles ou des ONG. Cette déclaration servira de document de base pour la poursuite des efforts de plaidoyer visant à soutenir les entreprises sociales dans les années à venir.