Une étape importante dans la lutte contre l’extrémisme

Vue partielle des participants

L’Ambassadeur des Etats-Unis au Togo Eric Stromayer, le ministre de la Sécurité Yark Damehame, et le préfet de Tone Douti Yendoukoa ont ouvert le 18 juin la conférence ‘Prévenir l’extrémisme violent par la cohésion sociale’.

Organisée par l’ambassade des Etats-Unis et le gouvernement, cette rencontre rassemble une centaine de représentants de la police, de la gendarmerie, de l’administration, des comités de développement villageois, des groupements de femmes et de jeunes des préfectures de Tône, Cinkassé, Kpendjal, Tandjouare, Kpendjal Ouest, Oti et Oti Sud. Egalement présents la ministre de l’Action sociale, un gouverneur de région du Burkina Faso, des responsables de la société civile, du PNUD, et de la GIZ (Coopération allemande).

L’événement a pour objectif principal de susciter le dialogue et l’échange d’expériences en vue de préparer les institutions publiques et les populations à pouvoir identifier et prévenir l’extrémisme violent par la construction d’une dynamique de collaboration entre les forces de défenses et de sécurité et les populations. La conférence permettra aussi aux participants de contribuer à l’identification des potentielles sources de conflit dans la région des Savanes, ainsi que la valorisation de l’autonomisation des jeunes et des femmes.

L’Ambassadeur Stromayer dans son discours a souligné que ‘les actions des forces de sécurité ne suffiront pas à elles seules à vaincre la menace de l’extrémisme. Nous devons bâtir des ponts de collaboration entre les forces de sécurité, les autorités gouvernementales, les chefs religieux et les groupes de la société civile qui, trop souvent, se méfient les uns des autres et travaillent dans la contradiction. Si on arrive à le faire, cela peut priver l’idéologie extrémiste du sol fertile dans lequel elle pousse. La source du radicalisme est un manque d’espoir pour l’avenir. Au lieu de cela, nous devons offrir à tous les citoyens de ce pays l’espérance qu’ils ont un rôle à jouer dans le projet national de création d’un Togo plus stable, prospère et démocratique’.

Au cours de la conférence, un Comité interministériel de lutte contre l’extrémisme violent a été mis en place. Il comprend entre autres départements ceux de la décentralisation, la santé, la justice, les affaires sociales, et le développement à la base.

L’Ambassadeur Stromayer a profité de la tribune pour annoncer la mise à disposition d’un fonds de 12.000.000 Frs CFA destiné à soutenir l’émancipation économique des jeunes de chaque préfecture des Savanes à travers un prochain appel à proposition.